jeudi 21 septembre 2017

Cancérologie. Le 5-FU et le déficit enzymatique : Éviter des toxicités mortelles et réduire les coûts de prise en charge par le dépistage avant la mise sous traitement. Par Madame le docteur Michèle BOISDRON-CELLE, ICO site Paul Papin


Madame le docteur Michèle BOISDRON-CELLE est responsable du Département de Biologie médicale et biologie des essais cliniques de l’Institut de Cancérologie de l’Ouest (ICO) site Paul Papin. Dans un article, entièrement reproduit ci-dessous, elle nous fait l’honneur de proposer une solution pour prévenir notamment des décès évitables tout en réduisant les coûts pour la collectivité.

L’auteure attire notre attention sur un risque lié à l’utilisation d’un médicament anticancéreux : le 5-fluorouracile (5-FU). Le VIDAL®2017 nous indique notamment que « de manière inattendue, des toxicités sévères (…) associées au 5-FU ont été attribuées à un déficit d’activité » d’une enzyme particulière dite « DPD ». Le VIDAL ajoute que les patients « présentant une activité faible ou une absence d’activité de la DPD (…) sont exposés à des risques accrus d’effets indésirables sévères, engageant le pronostic vital ou d’évolution fatale provoqués » par le 5-FU.

Comment prévenir ce risque qualifié, selon le VIDAL®, de « risque maximal de toxicité engageant le pronostic vital ou d’évolution fatale » ?

Dans l’article ci-dessous, Michèle BOISDRON-CELLE nous présente la méthode à suivre avant d’initier un traitement chez un patient.

 

Article de Madame le docteur Michèle BOISDRON-CELLE, septembre 2017 :

« Le 5-fluorouracile (5-FU), antimétabolite connu depuis presque un demi-siècle, est l’un des plus anciens médicaments anti-cancéreux. Il rentre dans la composition d’environ 60% des chimiothérapies, principalement dans le traitement du cancer colorectal métastatique mais aussi en adjuvant ainsi que dans le traitement des cancers du sein, du pancréas, et ORL.

On estime à 80 000 le nombre de nouveaux patients traités par cette molécule en France. Ces médicaments sont à l’origine de 20 à 25% de toxicités sévères, de grade III-IV, selon les études, essentiellement digestives, hématopoïétiques et cutanéo-muqueuses, mortelles dans  0,2% des cas(4, 5) ce qui représente un risque de décès pour 160 patients par an (1400 aux USA).

Le 5-fluoro-uracile (5-FU) et ses prodrogues administrables par voie orale, sont éliminés de l’organisme principalement par voie métabolique, essentiellement au niveau hépatique, mais aussi pulmonaire. Son élimination urinaire sous forme inchangée ne représente que 5 à 10 % de la dose administrée.

L’enzyme initiale du métabolisme des fluoropyrimidines et des pyrimidines naturelles (uracile et thymine), la Dihydropyrimidine Déshydrogénase (DPD), est l’enzyme majeure et limitante de leurs éliminations de l’organisme. Cette enzyme est ubiquitaire et elle est responsable du catabolisme de 85 % des fluoropyrimidines. Elle transforme les bases pyrimidiques naturelles (uracile et thymine) en leurs dérivés dihydrogénés (dihydro-uracile (UH2) et dihydrothymine). Elle permet aussi la réduction du 5-FU en 5-fluoro-5,6-dihydro-uracile (FUH2). La deuxième étape du catabolisme fait intervenir la dihydropyrimidinase pour former l’acide 5-fluoro-uréidopropionique (FUPA), qui est finalement métabolisé en α-fluoro-β-alanine (FBA) sous l’action de l’uréidopropionase(29).

L’activité de la DPD possède une grande variabilité interindividuelle, avec des valeurs d’activité pouvant être six fois plus élevées d’un patient à l’autre(30). Il a été montré que, quelle que soit la population étudiée (sujets sains ou patients), la distribution de cette activité était gaussienne(29). L’activité de la DPD est soumise à un polymorphisme génétique, de transmission autosomique codominante. Il existe donc des familles de déficitaires. Ce polymorphisme est à l’origine de déficits enzymatiques, majeurs (3 à 5%), voire complets (0,2%), pouvant générer des complications polyviscérales graves, précoces, aiguës parfois mortelles avec différentes fluoropyrimidines(31, 32, 33). Ces toxicités se manifestent principalement au niveau du tractus digestif et de la moelle osseuse, voire du système nerveux central. Une fois installée cette toxicité est irréversible. Cette toxicité létale a aussi été décrite avec les formes orales du 5-FU : la capécitabine (Xéloda), l’UFT qui sont très largement utilisés(19,20). Le déficit enzymatique est asymptomatique il est donc indécelable a priori.

Différentes approches permettant le dépistage de ces patients ont été développées. Elles doivent répondre à un certain nombre de critères et contraintes, tels qu’une très bonne sensibilité, une très bonne spécificité, et respecter un délai de rendu de résultats suffisamment court afin de ne pas retarder la mise en traitement. Elles doivent aussi donner lieu à un conseil thérapeutique.

Deux approches générales semblent s’affronter : phénotypique et génotypique, l’enzyme ou le gène. En fait, aucune des deux prisent isolément n’apporte actuellement de solution satisfaisante. L’approche phénotypique, par la mesure du rapport dihydrouracile/Uracile (UH2/U) qui est la plus adaptée, présente une grande sensibilité, mais une plus faible spécificité. À l’inverse, le génotypage de la DPD est caractérisé par une excellente spécificité mais une plus faible sensibilité même en dépistant différents SNP. Combinées, les deux approches se complètent et permettent d’atteindre à la fois une excellente spécificité et une excellente sensibilité(46).

Une étude (ASCO 2012) a évalué le coût-efficacité du dépistage préthérapeutique du déficit en DPD en combinant les deux approches (génétique et phénotypique [UH2/U])(48). Le principal critère d’efficacité était le nombre de toxicités aiguës sévères précoces évitées et le second était le nombre ajusté de jours de qualité de vie. L’analyse a été effectuée à partir de données rétrospectives de deux populations de patients traités pour un cancer colorectal : l’une de 856 patients avec un dépistage préthérapeutique systématique [5FUODPMTox™] et une adaptation de dose de 5-FU en cas de déficit partiel [5FUODPMProtocol™] et l’autre de 886 patients traités dans l’essai avec une dose standard de 5-FU sans dépistage préthérapeutique. La mesure principale d’efficacité était le nombre de toxicités de grades 3–4 ou plus. Les deux stratégies ont été comparées en termes de résultats et de coûts : coûts du test de dépistage (192€) et des toxicités (coûts directs, indirects selon GHM, GHS et Étude nationale des coûts). La prévalence des toxicités sévères au premier cycle de chimiothérapie était de 0,5 % et au second cycle de 0,9 % dans le groupe dépisté alors qu’il était de 5,8 et 6,9 % respectivement dans le bras non dépisté. Il n’y avait pas de décès toxique dans le groupe dépisté versus un décès toxique chimio-induit dans le bras non dépisté. La stratégie de dépistage permettait à la fois d’éviter des toxicités et d’éviter des dépenses de santé liées à ces toxicités.

Le coût évité par patient dépisté était de 313€ pour les deux premiers cycles et de 2780€ par toxicité évitée. Le bénéfice cumulé net par patient dépisté était de 426€, montrant que le coût du dépistage était inférieur au coût de la toxicité évitée(48).

Malgré des décès réguliers dus à ces molécules il n’existe pas, à l’heure actuelle, d’obligation en termes de dépistage. Même si, le risque létal ou de toxicité grave parait inacceptable lorsqu’un dépistage simple et accessible est disponible. Les données scientifiques existent. Il semble donc qu’un praticien ne devrait pas traiter un patient sans ces analyses compte tenu de la position actuelle de la loi et de son interprétation par la jurisprudence(50).

En Pratique Clinique : Dépistage des patients à risque de toxicités

Il est tout à fait possible à l’heure actuelle de dépister tous les patients avant administration de fluoropyrimidines. Différents laboratoires hospitaliers et privés (Eurofins Biomnis) proposent ces analyses.

Les prélèvements (2 tubes héparinate de lithium) sont à réaliser 10 jours avant le début de la chimiothérapie.

-   Le tube 1 est expédié à température ambiante et permet l’extraction de l’ADN puis la recherche des mutations d’intérêt par séquençage ou PCR en temps réel. Ce prélèvement peut être acheminé à température ambiante car l’ADN est stable.

-   Le tube 2 est centrifugé dans les 30 min suivant le prélèvement, le plasma est décanté et congelé immédiatement à -20°C. Ce prélèvement permettant la quantification de l’Uracile et du dihydrouracile doit être acheminé congelé à -20°C.

La quantification de l’Uracile et du dihydrouracile fait appel à des techniques chromatographiques (HPLC et UPLC) couplées à des détecteurs UV ou des spectres de masses. Les polymorphismes génétiques peuvent être caractérisés par séquençage.

La présence d’une mutation à l’état hétérozygote n’étant pas forcément une contre-indication à l’administration des fluoropyrimidines l’interprétation des résultats doit faire appel à des techniques multiparamétriques éprouvées (DM-DIV marquées CE) telle que 5FUODPMTox™ (ODPM, France). Ces algorithmes tiennent compte non seulement des résultats biologiques (phénotype et génétique) mais aussi des paramètres physiologiques et physiopathologiques du patient. 

L’interprétation du résultat va comprendre le calcul du risque de toxicité ainsi que la dose à administrer à la première cure. Ils sont adressés au prescripteur dans les 5 à 10 jours ouvrés après réception des prélèvements.

 

 

Bibliographie

1-    Poon MA, O’Connell MJ, Wieand HS et al. Biochemichal modulation of 5-Fluorouracil with leucovorin. Confirmatory evidence of improved therapeutic efficacy in advanced colorectal cancer. J. Clin. Oncol., 1991; 9 : 1967-1972
2-    Pinedo HM, Peters GF. Fluorouracil : biochemistry and pharmacology. J. Clin. Oncol 1988; 6:1653-1664
3-    De Gramont A, Bosset JF, Milan C et al., Randomized trial comparing monthly low-dose leucovorin and fluorouracil bolus with bimonthly high-dose leucovorin and fluorouracil bolus plus continuous infusion for advanced colorectal cancer ; A French Intergroup study. J. Clin. Oncol 1997; 15: 808-815
4-    Douillard J. Y., Cunningham D., Roth A. D., et al. Irinotecan combined with fluorouracil compared with fluorouracil alone as first-line treatment for metastatic colorectal cancer: a multicentre randomised trial. Lancet. 2000 ; 355 : 1041-1047.
5-    De Gramont A., Figer A., Seymour M., et al. Leucovorin and fluorouracil with or without oxaliplatin as first-line treatment in advanced colorectal cancer. J Clin Oncol. 2000 ; 18 : 2938-2947.
6-    Lokich JJ, Ahlgren JD, Gullo JJ et al. A prospective randomized comparison of continuous infusion fluorouracil with a conventional bolus schedule in metastatic colorectal carcinoma. A Mild-Atlantic Oncology Program Study. J. Clin. Oncol 1989;7:425-432
7-    Ardalan B, Chua L, Tian EL et al. A phase II study of weekly 24-hour infusion with high-dose fluorouracil with leucovorin in colorectal carcinoma. J. Clin. Oncol 1991;9:625-630
8-    Gamelin E. Boisdron-Celle M, Delva R et al, Long term weekly treatment of colorectal metastatic cancer with fluorouracil and leucovorin: Results of a multicentric prospective trial of fluorouracil dosage optimization by pharmacokinetic monitoring in 152 patients. J. Clin. Oncol 1998;16:1470-1478
9-    Port RE, Daniel, Ding RW et al, Relative importance of dose body surface area, sex, and age for 5-fluorouracil clearance. Oncology1991;48:277-281
10- Sloan JA, Goldberg RM, Sargent DJ et al. Women experience greater toxicity with fluorouracil-based chemotherapy for colorectal cancer. J. Clin. Oncol 2002;20:1491-1498
11-   Köhne CH, van Cutsem E, Wils J, Bokemeyer C, El-Serafi M, Lutz MP, et coll. Phase III study of weekly high-dose infusional fluorouracil plus folinic acid with or without irinotecan in patients with metastatic colorectal cancer: European Organisation for Research and Treatment of Cancer Gastrointestinal Group Study 40986. J Clin Oncol 2005;23:4856-65
12- Goldberg RM, Sargent DJ, Morton RF, Fuchs CS, Ramanathan RK, Williamson SK, et coll. A randomized controlled trial of fluorouracil plus leucovorin, irinotecan, and oxaliplatin combinations in patients with previously untreated metastatic colorectal cancer. J Clin Oncol 2004;22:23-30
13- Gustavsson B1, Carlsson G1, Machover D2, Petrelli N3, Roth A4, Schmoll HJ5, Tveit KM6, Gibson F7. A review of the evolution of systemic chemotherapy in the management of colorectal cancer. Clin Colorectal Cancer. 2015 Mar;14(1):1-10.
14- Terjung A, Kummer S, Friedrich M. Simultaneous 24 h-infusion of high-dose 5-fluorouracil and sodium-folinate as alternative to capecitabine in advanced breast cancer. Anticancer Res. 2014 Dec;34(12):7233-8.
15- Yang WC, Chen CH, Tang JY, Wu CF, Liu YC, Sun Y, Lin SF. Induction chemotherapy with docetaxel, cisplatin and fluorouracil followed by surgery and concurrent chemoradiotherapy improves outcome of recurrent advanced head and neck squamous cell carcinoma. Anticancer Res. 2014 Jul;34(7):3765-73.
16- Marsh RW1, Talamonti MS, Katz MH, Herman JM. Pancreatic cancer and FOLFIRINOX: a new era and new questions. Cancer Med. 2015 Feb 19.
17- The Meta-analysis group in cancer. Modulation of fluorouracil by leucovorin in patients with advanced colorectal cancer:an updated meta-analysis. J Clin Oncol 2004;22:3766-75.
18-  Andre T, Colin P, Louvet C, et al. Semimonthly versus monthly regimen of fluorouracil and leucovorin administered for 24 or 36 weeks as adjuvant therapy in stage II and III colon cancer: results of a randomized trial. 2003, J Clin Oncol 21: 2896–903
19- Hiratsuka M1, Yamashita H2, Akai F1, Hosono H1, Hishinuma E1, Hirasawa N1, Mori T3. Genetic Polymorphisms of Dihydropyrimidinase in a Japanese Patient with Capecitabine-Induced Toxicity. PLoS One. 2015 Apr 27;10(4)
20- Bosch TM, Meijerman I, Beijnen JH, van Thiel SW, Vlasveld LT. Lethal toxicity of uracil/tegafur in the treatment of sigmoid carcinoma. Ann Oncol. 2007 Mar;18(3):607-8. Epub 2006 Dec 14.
21- Gamelin E, Danquechin-Dorval E, Dumesnil Y. Relationship between 5-Fluorouracil dose intensity and therapeutic response in patients with advanced colorectal cancer receiving infusional therapy containing 5FU. Cancer, 1996; 77: 441-451
22- Jiang H, Lu J, Jiang J, et al. Important role of the dihydrouracil/uracil ratio in marked interpatient variations of fluoropyrimidines pharmacokinetics and pharmacodynamics. J. Clin. Pharmacol, 2004; 44: 1260-1270
23- Port E, Daniel B, Ding R et al. Relative importance of dose, body surface area, sex, and age for fluorouracil clearance. Oncology, 1991; 48:277-281
24- Lu Z, Zhang, Diasio RB, et al. Population characteristics of hepatic dihydropyrimidine dhydrogenase activity, a key metabolic enzyme in 5Fluorouracil chemotherapy. Clin Pharmacol Ther, 1995;58:512-522
25- Sloan JA, Goldberg RM, Sargent DJ et al. Women experience greater toxicity with fluorouracil-based chemotherapy for colorectal cancer. J. Clin. Oncol, 2002;20:1491-1498
26-  Meta-analysis Group in Cancer. Toxicity of fluorouracil in patients with advanced colorectal cancer : effect of administration schedule and prognostic factors.
27- Fleming RA, Milano GA, Etienne MC, et al. No effects of dose, hepatic function, or nutritional status on 5FU clearance following continuous (5 days), 5FU infusion. Br. J. Cancer, 1992; 66: 668-672
28- Fleming GF, Schilsky RL, Schumm LP et al. Phase 1 and pharmacokinetic study of 24-hour infusion 5-Fluorouracil and leucovorin in patients with organ dysfunction. Ann Oncol, 2003; 14: 1142-1147
29- Diasio RB, Johnson MR. Dihydropyrimidine dehydrogenase: its role in 5-fluorouracil clinical toxicity and tumor resistance. 1999, Clin Cancer Res; 5: 2672–2673
30- Lu Z, Zhang R, Diasio RB. Dihydropyrimidine dehydrogenase activity in human peripheral blood mononuclear cells and liver: population characteristics newly identified deficient patients, and clinical implication in 5-fluorouracil chemotherapy. Cancer Res, 1993; 53: 5433–5438
31- Diasio RB, Beavers TL, Carpenter JT. Familial deficiency of dihydropyrimidine dehydrogenase (biochemical basis for familial pyrimidinemia and severe 5-fluorouracil -induced toxicity). J Clin Invest, 1988; 81: 47–51
32- Ciccolini J, Mercier C, Dahan L, et al. Toxic death-case after capecitabine + oxaliplatin (Xelox) administration: probable implication of dihydropyrimidine deshydrogenase deficiency. Cancer Chemother Pharmacol, 2006; 58: 272–5
33- Morel A, Boisdron-Celle M, Fey L, et al. Clinical relevance of different dihydropyrimidine dehydrogenase gene single nucleotide polymorphisms (SNP) upon 5-fluorouracil tolerance in a prospective clinical study in a French Caucasian population. Mol Cancer Ther, 2006; 5: 2895–904
34- Mattison LK, Johnson MR, Diasio RB. A comparative analysis of translated dihydropyrimidine dehydrogenase cDNA; conservation of functional domains and relevance to genetic polymorphisms. Pharmacogenetics, 2002;  12: 133–144
35- Van Kuilenburg ABP, Haasjes J, Van Gennip H, et al. Clinical implication of dihydropyrimidine dehydrogenase (DPD) deficiency in patients with severe 5-fluorouracil-associated toxicity: identification of new mutations in the DPD gene. Clin Canc Res, 2000; 6: 4705–4712
36- Morel A, Boisdron-Celle M, Fey L, et al. Identification of a novel mutation in the dihydropyrimidine dehydrogenase gene in patient with a lethal outcome following 5-fluorouracil administration and the determination of its frequency in a population of 500 patients with colorectal carcinoma. Clin Biochem, 2007; 40: 11–17
37- Boisdron-Celle M., Biason P., Gamelin E., Morel A. Dihydropyrimidine dehydrogenase and fluoropyrimidines: a review of current dose adaptation practices and the impact on the future of personalized medicine using 5fluorouracil. Colorect. Cancer, 2013; 2: 549–558
38- Harris BE, Song R, Soong SJ et al. Relationship between Dihydropyrimidine deshydrogenase activity and plasma 5-Fluorouracil levels with evidence for circadian variation of enzyme activity and plasma drug levels in cancer patients receiving 5-Fluorouracil by proctacted continuous infusion. Cancer  Res, 1990; 50: 197-201
39- Jiang H, Lu J, Ji J, Circadian rhythm of dihydrouracil/Uracil ratios in biological fluids: a potential biomarker for Dihydropyrimidine dehydrogenase levels. Br J Pharmacol, 2004; 141: 616-623
40-  Harris BE, Song R, Soong SJ et al. Relationship between dihydropyrimidine deshydrogénase activity and plasma 5-Fluorouracil levels with evidence for circadian variation of enzyme activity and plasma drug levels in cancer patients receiving 5-Fluorouracil by proctated continuous infusion. Cancer Res, 1990; 50: 197-201
41- Grem JL, Yee LK, Venzon DJ et al. Inter- and Intraindividual variation in dihydropyrimidine dehydrogenase activity in peripheral blood mononuclear cells. Cancer Chemother Pharmacol, 1997; 40: 117-125
42- Innominato PF1, Roche VP, Palesh OG, Ulusakarya A, Spiegel D, Lévi FA. The circadian timing system in clinical oncology. Ann Med. 2014 Jun; 46(4): 191-207.
43- Johnson MR, Wang K, Diasio RB, Profound dihydropyrimidine dehydrogenase deficiency resulting from a novel compound heterozygote genotype. Clin Cancer Res, 2002; 8: 768–74
44- Johnson MR, Yan J, Shao L, Albin N, Diasio RB Semiautomated radioassay for determination of dihydropyrimidine dehydrogenase (DPD) activity. Screening cancer patients for DPD deficiency, a condition associated with 5-fluorouracil toxicity. J Chromatogr, 1997;  696: 183–91
45- Tuchman M, Stoeckeler JS, Kiang DT, et al. Familial pyrimidinemia and pyrimidinuria associated with severe fluorouracil toxicity. N Engl J Med, 1985; 313: 245
46- Boisdron-Celle M, Remaud G, Traore S, et al. 5-Fluorouracil-related severe toxicity: a comparison of different methods for the pretherapeutic detection of dihydropyrimidine dehydrogenase deficiency. Cancer Lett, 2007; 249: 271–82
47- Boisdron-Celle M, Capitain O, Metges JP, et al. Prevention of 5-FU-induced health-threatening toxicity by pretherapeutic DPD deficiency screening: Medical and economic assessment of a multiparametric approach. Abstract #114685 Am Soc Clin Oncol 2013
48- Traoré S, Boisdron-Celle M, Hunault G, et al. DPD deficiency: medicoeconomic evaluation of pretreatment screening of 5-FU toxicity. Abstract #88304. Gastrointestinal Cancers Symposium, 2012
49- Trump DL, Egorin MJ, Forrest A et al. Pharmacokinetic and pharmacodynamics analysis of fl uorouracil during 72- hour continuous infusion with and without dipyridamole. J Clin Oncol, 1991; 9: 2027- 35
50- Ferec M, Boisdron-Celle M, Gourlaouen A. et al. Poster JFHOD mars 2016 »






samedi 16 septembre 2017

Trois décès sous Cyclophosphamide (ENDOXAN®) : ils seraient liés à une interaction médicamenteuse


Il y a quelques mois, trois décès ont été notifiés à la pharmacovigilance suite à l’administration d’un protocole à base de cyclophosphamide (ENDOXAN®).

Le mystère était resté entier.

Mais, récemment, une source me permet de lire que « l’accident » serait « de type « aléa thérapeutique » lié à l’association décalée dans le temps de deux produits ayant conduit à une cardiotoxicité aiguë non identifiée jusque-là à son juste niveau de dangerosité par la communauté scientifique internationale. »

C’est un nouvel exemple qui rappelle le raisonnement proposé suite aux récents décès de patients ayant été traités, cette fois, par le docétaxel (TAXOTERE®). Dans ce cas, la question que j’avais soulevée était : « a-t-on pensé à l’hypothèse d’un effet rémanent d’un autre médicament pris avant le Docétaxel ? ». D’ailleurs l’ANSM (agence nationale de sécurité du médicament) a fini par lever la suspension de ce produit et s'est orientée vers l’encadrement des pratiques.






vendredi 15 septembre 2017

Nouvelle formule du LÉVOTHYROX® : le mystère dans le citron (acide citrique) ?


Face aux actuels troubles entourant la nouvelle composition du LÉVOTHYROX®, l’explication du mystère se trouverait, peut-être, dans le citron. Ce dernier permettrait, en plus, de faire quelques économies

Comme tout médicament, la spécialité LÉVOTHYROX® est composée d’un principe actif (lévothyroxine) et des excipients. La nouvelle composition a introduit un nouvel excipient : l’acide citrique anhydre. Le directeur de l’ANSM (agence nationale de sécurité du médicament) a déclaré que « l’acide citrique c’est du citron ». Une déclaration qui semblait anodine dans sa bouche : le citron serait banal. Mais, il ignorerait, peut-être, l'hypothèse qui surgit en pareilles circonstances.

Il est admis que le citron vert, tout comme le pamplemousse, l’orange amère ou de Séville, a un effet inhibiteur enzymatique.

Comme déjà expliqué notamment à la page 36 du livre « Ce que devient le médicament dans le corps humain. Conséquences en matière de soins », et à l’inverse d’un inducteur enzymatique, un produit inhibiteur enzymatique inhibe l’activité des enzymes du foie. L’activité de ces enzymes diminue. L’usine métabolique de l’organisme est ralentie voire à l’arrêt. Le médicament, associé à cet inhibiteur, est alors transformé de façon plus lente. Ce médicament conserve son efficacité pendant une période supérieure à la durée voulue. Cette augmentation de l’efficacité peut conduire au surdosage. Mais, une solution existe : adapter la posologie du médicament. La dose est diminuée lors de l’introduction de l’inhibiteur ; et elle est augmentée après l’arrêt de cet inhibiteur.

La première question est donc : cet effet inhibiteur du citron est-il dû à l’acide citrique (que l’on extrait de ce citron) ?

Si la réponse est affirmative, la nouvelle formule du LÉVOTHYROX® contiendrait alors, intrinsèquement, un inhibiteur enzymatique. Elle deviendrait le siège d’une potentielle et permanente interaction entre la lévothyroxine, un médicament à marge thérapeutique étroite, et l’acide citrique. Cet excipient agirait donc, non pas au niveau de l’absorption digestive de la lévothyroxine mais, lors de la troisième phase de la pharmacocinétique(1) : celle du métabolisme (dégradation ralentie de la lévothyroxine). L’élimination de la lévothyroxine se trouverait ainsi freinée ; ce qui conduirait à une accumulation du médicament dans l’organisme.

Rappelons qu’il est aussi admis que l’effet de cette lévothyroxine diminue avec certains médicaments inducteurs enzymatiques (qui produisent l’effet inverse des inhibiteurs enzymatiques).

Si la lévothyroxine est influencée par un inducteur enzymatique, ne pourrait-elle pas l’être aussi par un inhibiteur enzymatique tel que le citron (acide citrique) ?

Lorsque dans la même spécialité, un principe actif est associé, de façon fixe, à un excipient inhibiteur enzymatique, la tentation est grande de vouloir prévoir les conséquences de cette interaction : il suffirait de diminuer la quantité du principe actif et de compter sur l’excipient inhibiteur enzymatique pour « booster » l’activité de ce principe actif. Avec cette astuce, le laboratoire pharmaceutique pourrait ainsi anticiper un surdosage tout en générant des économies.

La deuxième question est donc : l’acide citrique aurait-il conduit à diminuer la quantité de la lévothyroxine dans le nouveau LÉVOTHYROX® ?

Ce raisonnement conduit donc à s’interroger sur la qualité du rapport : quantité de lévothyroxine / quantité d’acide citrique. Ce rapport est-il optimum ?

Enfin, n’oublions pas les variations métaboliques, d’ordre physiologique et/ou pathologique, inter- et intra-individuelles. Il est également utile de s’interroger sur les études de pharmacodynamie(2) (et pas seulement de pharmacocinétique(1)) et sur la relation pharmacocinétique – pharmacodynamie chez les volontaires sains mais aussi chez les malades (patients de la « vraie vie »). Enfin, tous les traitements instaurés, à base de lévothyroxine, seraient-ils justifiés ? Est-il judicieux de mettre en route un traitement pour toute élévation de la TSH, et à vie ?

 

(1)                 Pharmacocinétique (devenir du médicament dans l’organisme) : c’est ce que l’organisme fait au médicament.

(2)                 Pharmacodynamie : c’est ce que le médicament fait à l’organisme.

 

Autres articles








mercredi 13 septembre 2017

Le médicament à l’ère de la pharmacologie VIP (Very Important Person)


Depuis quelques jours, l’actrice, Madame Anny Duperey, devient le chef de file de la lutte contre la nouvelle formule du LÉVOTHYROX® (lévothyroxine). De son côté, le chanteur Stromae est présenté comme une victime des effets indésirables du LARIAM®(méfloquine).

Le médicament, ne pouvant échapper à son environnement, serait-il entré dans l’ère de la pharmacologie VIP (Very Important Person) ?

La situation actuelle amène à s’interroger sur l’interaction entre les différentes dimensions de la pharmacologie : pharmacologie fondamentale, pharmacologie clinique, pharmacologie boursière et pharmacologie sociale, notamment. Au lieu d’être complémentaires, celles-ci semblent s’opposer. Serait-ce un choc des pharmacologies ?

La pharmacologie VIP pourrait être la dernière étape de la pharmacologie sociale. Les stars de la télévision et de la radio imprimeraient une étiquette toute particulière à l’alerte sanitaire. Face aux épidémies des alertes, notées notamment en France, l’intervention d’une star, touchée par des effets indésirables d’un médicament, rend l’alerte plus visible voire plus audible. La composante médiatique vient amplifier ce phénomène.

Cette amplification aboutit à un constat : le risque de noyer et de polluer le système d’alertes. D’ailleurs, l’ANSM (agence nationale de sécurité du médicament) aurait reçu près de 9000 signalements d’effets indésirables présumés liés à la nouvelle composition du LÉVOTHYROX® (lévothyroxine). L’analyse sérieuse d’un seul cas nécessite un temps non négligeable. L’étude de ces 9000 signalements sera-t-elle d’une bonne qualité ?

Certains responsables de centres régionaux de pharmacovigilance commencent à revoir leur position sur la nouvelle plateforme du Ministère de la santé. Dès le mois de juin 2017, nous avons pourtant donné l’alerte sur le caractère inutile, nuisible et coûteux de ce portail de signalement ouvert à tous. « « C’est clair, avec cette affaire, il va falloir retravailler le portail » remarque un responsable de centre de pharmacovigilance, pourtant initialement favorable au dispositif » selon un article du JIM (journal international de médecine) publié le 6 septembre 2017.

Le JIM précise que « la crise met en lumière le débordement des centres de pharmacovigilance, notamment depuis la mise en place d’un site internet permettant aux patients de déclarer directement des effets indésirables (…) » ; un débordement « également évoqué par le patron de l’ANSM ».

Le 11 septembre 2017, un autre média (France bleu) titre « Levothyrox : le centre de pharmacovigilance de Limoges croule sous les signalements » en notant que « le problème, c’est que les déclarations sont souvent très évasives et les patients apportent rarement les compléments d’informations nécessaires ».

Remarquons que dans cette affaire du LÉVOTHYROX®, les génériques semblent maintenant désirés alors que souvent, sur la place publique, les génériques ont été stigmatisés.

Les alertes données par des professionnels de santé et par des patients non représentés par une célébrité, elles, semblent recueillir une plus faible attention. Du moins, elles ne semblent pas être traitées avec la même célérité observée dans ces affaires médiatisées qui tournent en boucle. Il faut dire que le thermomètre médical pèserait, peut-être, peu face au baromètre médiatique.

Ce dialogue de sourds pourrait durer.

Certains « savants » raisonnent de façon générale en se fondant sur la notion de significativité statistique et veulent imposer la même recette à l’ensemble de la population. Face à eux, certains « consommateurs » réclament la prise en compte de leurs spécificités individuelles et refusent d’être sacrifiés au nom de cette généralisation d’un remède unique et de cette homogénéisation des corps humains. Ces patients allant même jusqu’à réclamer la suppression d’un médicament qui, s’il est certes nocifs pour eux, peut pourtant apporter un bénéfice chez d’autres patients.

Ce ménage à plusieurs, ce désaccord, traduirait un appel à la communication entre les différents acteurs concernés.

C’est surtout une nouvelle invitation à la prise en considération des variations inter- et intra-individuelles lors de cette rencontre singulière, entre le soignant et le patient, qui conduit à la décision thérapeutique : à la prescription de tel ou tel médicament ; et, ne l’oublions pas, parfois, à sa dé-prescription.






vendredi 25 août 2017

L’actuelle « affaire LÉVOTHYROX® » : l’explication serait-elle entre les mains de l’OMS ?


Actuellement, une série d’articles de presse destinés au grand public alertent sur des effets indésirables qui seraient imputables à la nouvelle composition du LÉVOTHYROX® (lévothyroxine).

Et si l’explication se trouvait plutôt dans la base de données de pharmacovigilance de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) ? En effet, dans son numéro 2 de l’année 2017, la WHO Pharmaceuticals Newsletter publie un article(1) sous le titre : « Panic attacks with levothyroxine » (Dr G Niklas Norén and Dr Birgitta Grundmark, Uppsala Monitoring Centre).

Cet article émet donc un « signal ». Un signal important eu égard notamment au contexte actuel en France.

Le centre de pharmacovigilance d’Uppsala y analyse ainsi 187 observations relatives à ces attaques de panique (« panic attacks »), des effets indésirables qui seraient imputables au principe actif lui-même : la lévothyroxine (LÉVOTHYROX® ou autre). Et non pas aux excipients...

Ces observations sont enregistrées dans la base de données de pharmacovigilance de l’OMS (VigiBase®). Les symptômes décrits sont proches de ceux de l’anxiété. Ils rappelleraient les effets indésirables dont se plaignent actuellement certains patients en France. Ces symptômes sont des prodromes annonciateurs d’une attaque de panique chez certains patients prédisposés. Dans plusieurs cas décrits dans ces observations, le lien entre la lévothyroxine et ces effets indésirables n’a pas été identifié. Ce qui a prolongé la dégradation de la qualité de vie des patients. Certains malades ont même arrêté la prise de lévothyroxine malgré le désaccord des soignants [ce que nous déconseillons en règle générale] : un soulagement est alors noté. Dans plusieurs cas, ces effets indésirables ont disparu après une réduction des doses ou après un arrêt temporaire du traitement. Chez plusieurs patients, ces effets indésirables sont réapparus après la réintroduction de la lévothyroxine. Parfois, les concentrations du médicament dans le sang étaient dans la zone thérapeutique recommandée.

Les cas notifiés proviennent des pays suivants : États-Unis d’Amérique, Pays-Bas, Royaume Uni, Allemagne, Canada, Italie, Suède, Autriche, Suisse, Danemark, Norvège et Espagne.

En France, dans le RCP (résumé des caractéristiques du produit) du VIDAL® version 2017 des spécialités pharmaceutiques commercialisées à base de lévothyroxine, ces effets indésirables (attaques de panique) ne sont pas mentionnés. D’où l’importance d’informer les patients et les professionnels de santé.

La lévothyroxine est un médicament à marge thérapeutique étroite avec une demi-vie d’environ 7 jours. Les conséquences de ces notions de « marge thérapeutique » et de « demi-vie », notamment, sont expliquées, de façon simple, dans un livre paru en juin 2016. Brièvement, rappelons qu’un médicament à « marge thérapeutique étroite » peut produire une toxicité ou devenir inefficace suite à une faible variation de la concentration dans le sang ; et que plus la demi-vie est élevée, plus il faut du temps pour obtenir un équilibre du traitement. Ce type de médicament appelle une adaptation posologique précise, fine et individualisée qui s’accompagne d’une surveillance clinique et biologique étroites.

Il appartient aux autorités ad hoc de conclure sur ce point.

Afin d’épargner la recherche au lecteur, et peut-être à l’ANSM (agence nationale de sécurité du médicament), l’entier article indiqué est joint ci-dessous.

 

(1)                 Dr G Niklas Norén and Dr Birgitta Grundmark, Uppsala Monitoring Centre  « Panic attacks with levothyroxine » WHO Pharmaceuticals Newsletter 2017 ; 2 : 23-25.









mercredi 23 août 2017

La contre-indication de l’association Amiodarone (CORDARONE®) et Hydroxyzine (ATARAX®) : confirmée par l’ANSM


Il y a environ 2 ans, nous avons publié le 10 septembre 2015 un article intitulé « Amiodarone (CORDARONE®) et Hydroxyzine (ATARAX®) : une association contre-indiquée, mais pas encore mentionnée dans le VIDAL® ».

Si cette interaction (incompatibilité) entre ces deux médicaments n’est toujours pas clairement indiquée dans le VIDAL® version 2017, force est de constater que l’ANSM (agence nationale de sécurité du médicament) confirme cette contre-indication.

En effet, cette contre-indication figure clairement dans le thesaurus des interactions médicamenteuses de l'ANSM en date de septembre 2016. À la page 204/234 notamment, on peut lire dans ce document :

« SUBSTANCES SUSCEPTIBLES DE DONNER DES TORSADES DE POINTES
Ce trouble du rythme cardiaque grave peut être provoqué par un certain nombre de médicaments (…)
L’utilisation d’un médicament torsadogène avec un autre médicament torsadogène est contre-indiquée en règle générale.
Toutefois certains d’entre eux, en raison de leur caractère incontournable, font exception à la règle, en étant seulement déconseillés avec les autres torsadogènes. Il s’agit de (…)
Cependant, le citalopram, l’escitalopram, la dompéridone, l’hydroxyzine (…) ne suivent pas cet assouplissement, et sont contre-indiqués avec tous les torsadogènes.
(amiodarone, (…)). »

 
N.B. : ci-dessous la page 204/234 du thesaurus des interactions médicamenteuses de l’ANSM (septembre 2016)







vendredi 7 juillet 2017

Docétaxel : l’ANSM lève la suspension et s’oriente vers l’encadrement des pratiques


Le 5 juillet 2017, finalement, l’ANSM (agence nationale de sécurité du médicament) publie un communiqué intitulé « Docétaxel : levée de la recommandation d’éviter son utilisation dans le cancer du sein et renforcement de l’encadrement des pratiques ».

La situation de ce médicament (Docétaxel) a déjà été évoquée à trois reprises sur le présent site :






Article d’Ouest-France du 6 juillet 2017
 
 
 
Article d’Ouest-France du 7 juillet 2017